J’ai pu voir Xavier NIEL lors du Digital Summit 2017 de la Région Auvergnes Rhône-alpes. Cela m’a motivé à écrire cet article. Cela fait longtemps que j’ai envie de rédiger sur Free et son emblématique patron.

Pourquoi Xavier NIEL ?  j’ai très longtemps été un Freenaute (la Fibre m’a poussé à partir). Il a toujours eu la volonté de secouer des marchés et des entreprises aux modèles économiques vieillissant, opaque et peu enclin à innover. Globalement son approche est sans langue de bois et toujours avec une volonté de secouer les patrons endormis sur leurs profits et innover sur les marchés.
Autre point, bien qu’il investit dans d’autres pays pour le business, il investit beaucoup en France et son école 42 est réellement un très beau projet  et réaliste sur le manque de développeur en France (même si le numérique ne passe pas que par le code pour transformer les différents secteurs de l’économie).

Contexte du marché, les points névralgiques des box

Pour revenir à notre sujet qui est la Freebox V7, tout d’abord, il faut partir de plusieurs constats :

  • le contenu : le marché des box et de l’internet ne parle que de contenu, le contenu est donc le nerf de la guerre. La récente acquisition d’AB par Médiawan, société détenue en partie par Xavier NIEL montre bien l’importance du contenu sur le marché actuel.
  • le support : ordinateur, tv, tablette, smartphone : aujourd’hui l’ensemble de la consommation de contenus se fait via des flux multi-canaux
  • l’innovation : c’est le parent pauvre actuellement. Pendant longtemps, Free était en avance par rapport aux autres. Pour la Freebox Revolution, la mise en vente avait été repoussée de plusieurs mois pour permettre la mise en place, à la dernière minute, d’un lecteur Blu-ray. Cette action a contribué au succès de la box.
  • le design : Free, depuis la V6, a réalisé un réel effort, comparé aux autres box, pour faire de la Freebox Revolution un appareil électronique qui donne envie de laisser visible dans son salon et de ne pas le cacher. L’approche est la même qu’une petite société appelée Apple.
  • la télécommande : de ce côté, seul Numéricable a essayé de travailler en ouvrant la télécommande par le dessus, un clavier apparaît et permet de naviguer sur le web. L’ensemble des opérateurs proposent aussi une application mobile qui reproduit la télécommande classique mais n’apporte rien de plus.

Les box points névralgiques

Ce que je verrais bien dans la future Freebox V7

 

L’innovation doit être au coeur de la Freebox V7. Voici ce que je rêverais de voir dans la future Freebox concernant :

  • le design : de ce côté, il faut continuer dans les choix réalisés précédemment et laisser un vrai designer travailler comme pour la Freebox Revolution et Stark. Cela fonctionne très bien donc on garde.
  • le contenu : outre les rachats pour augmenter et sécuriser les médias disponibles sur les chaînes de Free, la création de contenu original doit aussi être mis en place. L’exemple de Netflix montre à quel point participer à la création originale est pertinent. Point marketing : le principe de la longue traîne explique les 20% de Best-seller (films, séries,…) rapportent moins que les 80% de produits restants agrégés. De plus, en travaillant avec un algorithme qui s’adapte aux goûts des Freenautes… le succès est assuré.
  • le support / l’innovation :
    • un navigateur web. Le but est de pouvoir naviguer sur sa TV facilement, et je répète facilement car l’approche expérience utilisateur doit être importante sur ce point. Sinon, les internautes ne l’utiliseront pas,
    • un casque à réalité virtuelle. Pour rester dans la veine du contenu original, il faut penser à la manière dont ce contenu va être consommé. Il faut intégrer :
      • la 4K qui est déjà proposée dans la « mini-4k » de Free mais tout le monde n’a pas une TV 4K,
      • la 3D, aucun concurrent ne le propose mais tout le monde n’a pas une TV 3D,
      • la 360° parce qu’il faut toujours rester avant-gardiste et que les expériences immersives sont très marquantes,
        pour cela, Free peut proposer un casque de réalité virtuelle. Par exemple, le Gear VR de Samsung permet de lire des films 3D, des contenus vidéos et jeux 360 ainsi que des films et séries classiques. A cela, nous pouvons ajouter la lecture de films en 4K. Le futur Galaxy S8 de Samsung en sera notamment équipé…
        Comment ?
        Le moyen de plus simple est d’utiliser les portables avec un pack d’applications à installer. Le but est d’utiliser son smartphone dans le casque VR de Free avec un interface adaptée. Le coût reste ainsi abordable et permet une plus grande consommation de contenus. Cela ferait, en plus, une bonne promotion de Free mobile.
        Outre la consommation de différents types de contenu, il faut penser mobilité. En effet, avec ce casque VR, les Freenautes pourraient regarder leurs contenus vidéos n’importe et à n’importe quel moment.
  • la télécommande : il faut disrupter l’approche. En plus de sa manette pour les jeux vidéos, Free peut proposer plusieurs outils complémentaires :
  • un clavier/souris bluetooth pour naviguer sur Internet,
  • et quitte à rêver, une clone de Leap motion pour naviguer sur box + synthèse vocale pour remplacer le clavier.
    Freebox V7 innovation

L’innovation au coeur de la Freebox V7

Vous l’avez compris ma vision est clairement orientée vers l’innovation. Free à la capacité matérielle, financière et idéologique de proposer tout cela. Cela permettrait de prendre une réelle avance sur ses concurrents et de prendre des parts sur des marchés encore en développement. Cela apporterait aussi la 4K, la 3D, la consommation de média en mobilité avec un vrai confort pour tout le monde et à un coût réduit.

Les usages d’Internet et la manière de consommer les médias évoluent et les FAI avec leurs box doivent suivre cette tendance. Je ne pense pas que les autres FAI aient la capacité d’innover autant… je compte donc sur Free.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *